Épouse qui tu veux, mais que ce soit dans le Seigneur

2 May 2019

 

Je tiens à dire que cet article était premièrement une lettre en réponse à une membre de notre Église qui se posait des questions. Par conséquent, ceci ce veut être davantage une petite introduction sur le sujet qu’une étude exhaustive ou un commentaire détaillé des passages sélectionnés. Celui qui veut approfondir est fortement encouragé à sonder toutes les Écritures.

 

 

Il y a un verset dans le Nouveau Testament qui se trouve dans l’une des lettres de l’apôtre Paul et qui est très clair sur ce sujet. Alors que Paul écrit aux Corinthiens au sujet des relations sexuelles dans le mariage, du célibat et du remariage, il conclut cette section de sa lettre par ces paroles :

 

« La femme est liée pendant tout le temps que son mari est en vie ; mais si le mari meurt, elle est livre de se marier à qui elle veut, seulement dans le Seigneur »

(1 Corinthiens 7.39)

 

L’apôtre vient tout juste de prendre du temps à expliquer que le divorce n’est pas de la volonté de Dieu et réaffirme qu’aussi longtemps que l’autre époux est vivant, le mari et la femme sont toujours liés. Cependant, lorsque l’époux meurt, rien n’interdit que l’autre se remarie, s’il le désire. La veuve, par exemple, peut même se marier avec « qui elle veut ».

Il y a une seule condition : « seulement dans le Seigneur ».

 

Par cette expression, Paul veut simplement dire que le veuf ou la veuve peuvent se remarier, mais à la condition que ce soit avec un frère ou une sœur « dans le Seigneur », c.-à-d. un véritable chrétien.

 

Il est intéressant de savoir que ce passage est le seul endroit dans tout le Nouveau-Testament où il y a une prescription explicite à ce sujet. Mais cela ne change rien à la clarté de ce que Paul écrit.

 

 

Il y a aussi une autre occurrence où, sans enseigner sur le sujet du mariage, Paul donne un principe qui s’y applique sans aucun doute.

 

« Ne vous mettez pas sous un joug mal assorti avec les incrédules ; car quelle relation y a-t­-il entre la justice et l’iniquité ? ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? et quel accord de Christ avec Bélial ? ou quelle part a le croyant avec l’incrédule ? et quelle compatibilité y a-t-­il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai au milieu d’eux et j’y marcherai, et je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. C’est pourquoi sortez du milieu d’eux et soyez séparés, dit le Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur, et moi, je vous recevrai. »

(2 Corinthiens 6.14-18)

 

Comme mentionnée plus haut, ce passage n’est pas un enseignement sur le mariage. Paul exhorte plutôt les Corinthiens à ne pas s’associer trop intimement ou de développer des relations avec des incrédules qui pourrait être néfaste pour leur santé spirituelle.[1]

 

Dans le contexte, les Corinthiens s’éloignaient de l’apôtre et ainsi du pur Évangile, c’est pourquoi Paul les exhorte à lui ouvrir leurs cœurs. Il semble donc que certaines relations ou associations avec soit de faux croyants, soit des non-croyants, étaient à la source ce problème qui poussa Paul à commencer son exhortation par ces paroles : « nous vous exhortons à ne pas avoir reçu en vain la grâce de Dieu » (2 Corinthiens 6.1).

 

Et donc l’apôtre donne plusieurs raisons logiques du pourquoi une telle intimité ou une telle association n’est pas possible : un enfant de lumière qui vie dans la lumière et dans la communion intime avec Christ ne peut tout simplement pas être intimement lié et associé avec un enfant des ténèbres qui vit dans les ténèbres et qui n’aime pas la lumière de Christ. L’un est fidèle à Dieu et a pour but le Seigneur, l’autre est infidèle à Dieu et a pour but n’importe quoi d’autre, et ainsi de suite.

 

Le principe que je crois être très applicable pour la question du mariage est celui-ci : S’il n’est pas possible d’avoir sans être en danger une véritable et pleine communion entre les véritables chrétiens et les non-chrétiens en générale, combien moins cela l’est dans la relation humaine la plus intime qui existe : celle du mariage ?

 

 

J’ai voulu commencer avec le Nouveau Testament puisque cela nous concerne directement, à nous qui sommes le peuple de la Nouvelle Alliance et qui vivons dans les derniers jours.

J’aimerais maintenant faire une très petite marche dans l’Ancien Testament.

 

Il faut faire attention dans cette approche, puisque l’Église n’est pas le peuple d’Israël de l’Ancienne Alliance, avec un roi terrestre, des lois politiques et économiques spécifiques, dans une région spécifique du monde. Cela doit toujours être pris en considération.

 

Sauf que l’on retrouve dans les commandements que Dieu donne au peuple d’Israël des principes moraux qui nous sont aussi applicables, puisque les lois que Dieu donne reflètent quand même sa nature, sa sagesse et sa volonté.

 

Alors voilà quelques passages où l’on retrouve quelques prescriptions de l’Éternel sur les mariages au siens de la nation d’Israël :

 

« Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils ; car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d’autres dieux, et la colère de l’Éternel s’enflammerait contre vous : il vous détruirait promptement. » (Deutéronome 7.3-4)

 

« Garde-toi de faire alliance avec les habitants du pays, de peur que, se prostituant à leurs dieux et leur offrant des sacrifices, ils ne t’invitent, et que tu ne manges de leurs victimes ; de peur que tu ne prennes de leurs filles pour tes fils, et que leurs filles, se prostituant à leurs dieux, n’entraînent tes fils à se prostituer à leurs dieux. » (Exode 34.15-16)

 

« Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille de Pharaon : des Moabites, des Ammonites, des Édomites, des Sidoniennes, des Héthiennes, appartenant aux nations dont l’Éternel avait dit aux enfants d’Israël : Vous n’irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous ; elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux. Ce fut à ces nations que s’attacha Salomon, entraîné par l’amour. » (1 Rois 11.1-2)

 

Il est évident, par ces textes, que les mariages avec les nations non-juives étaient solennellement interdits en Israël. Cependant, il ne faut pas penser que cela était du raciste et avait uniquement un mépris pour les autres nations. Pas du tout. La raison suprême de ce commandement venant de Dieu apparaît clairement dans les passages mentionnés précédemment : « qui serviraient d’autres dieux […] se prostituant à leurs dieux, n’entraînent tes fils à se prostituer à leurs dieux […] elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux. »

 

La raison n’était donc pas raciale, mais religieuse. Certainement que dans la relation la plus intime qui soit (le mariage), les deux partenaires s’influencent énormément. Et Dieu savait qu’en se mariant avec les gens des autres nations qui invoquaient des faux dieux, les juifs allaient être tentés de se détourner du seul vrai Dieu pour se tourner vers des idoles. Dans les faits, c’est exactement ce qui arriva au peuple et à ses rois.

 

Je crois que le principe est parfaitement applicable au mariage chrétien aujourd’hui. Dans mon expérience pastorale, j’ai souvent entendu comme justification de quelqu’un qui allait marier un non-croyant que cela allait être une occasion de témoigner de Jésus. Dans le meilleur des cas, cette personne est ignorante, et dans le pire est se séduit elle-même. Si tu es convaincu que tu auras une si grande influence sur lui ou elle, sache donc avec autant de certitude qu’il aura autant d’influence sur toi.

 

 

Alors voilà de façons trop peu détaillées ce que je crois que la Bible enseigne sur le choix d’un partenaire chrétien ou non. Simplement dit : épouse qui tu veux, mais que cela soit dans le Seigneur.

 

Que Dieu soit loué !

 

Vincent Lemieux

 

 

 

[1] Ce commandement ne signifie pas que les croyants devraient cesser toute relation avec des non-croyants, ce que Paul indique clairement en 1 Corinthiens 5.10.

 

Please reload

2/5/2019

Je tiens à dire que cet article était premièrement une lettre en réponse à une membre de notre Église qui se posait des questions. Par conséquent, ceci ce veut être davantage une petite introduction sur le sujet qu’une étude exhaustive ou un commentaire détaillé des passages sélectionnés. Celui qui veut approfondir est fortement encouragé à sonder toutes les Écritures.

Il y a un verset dans le Nouveau Testament qui se trouve dans l’une des lettres de l’apôtre Paul et qui est très clair sur ce sujet. Alors que Paul écrit aux Corinthiens au sujet des relations sexuelles dans le mariage, du célibat et du remariage, il conclut cette section de sa lettre par ces paroles :

« La femme est liée penda...

Please reload

  • I'll be honest_edited
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - White Circle

© 2016 par Assemblée Chrétienne de Rouyn-Noranda.  Tout droit réservé.

35 av. Frédéric-Hébert, Québec, Canada
J9X 1V3

819-764-9366